SALÉ


SALÉ
SALÉ

SALÉ

La ville marocaine de Salé (Sl ) est située sur la côte atlantique, à l’embouchure de l’oued Bou Regreg, face à Rabat. Les origines de la ville sont mal connues et se situent sans doute au XIe siècle. Très active au XIIIe siècle, elle est alors connue par son artisanat de qualité, son commerce et son port qui est en relation avec l’Europe. Au XVIIe siècle, Salé se fait surtout connaître par les activités de sa flotte pirate, constituée de musulmans andalous chassés d’Espagne à partir de 1609, et dont elle tire l’essentiel de ses ressources. Après une longue période de décadence, elle connaît, au XXe siècle, une expansion rapide (10 000 hab. en 1911; 289 400 hab. en 1982), qui est moins due au développement de ses activités (commerce avec la région voisine, artisanat: textiles, tapis, nattes) qu’à son rôle de faubourg populaire de Rabat. La médina, depuis longtemps surpeuplée, est actuellement entourée de cités et de bidonvilles.

sale [ sal ] adj.
XIIe; frq. °salo
A(Concret)
1Dont la netteté, la pureté est altérée par une matière étrangère, au point d'inspirer la répugnance ou de ne pouvoir être utilisé de nouveau sans être nettoyé. malpropre, souillé; 1. boueux, crasseux, crotté, graisseux, pisseux, poisseux , terreux; dégoûtant, immonde, répugnant; fam. cracra, cradingue, crado, crapoteux, craspec, dégueulasse. Avoir les mains sales. Ongles sales (cf. fam. En deuil). Cheveux sales. Vaisselle sale. Logement pauvre, sale. sordide (cf. Chenil, cloaque, écurie, porcherie, fig.). « la plus moderne des villes [New York] est aussi la plus sale » (Sartre). Chemise sale. Laver son linge sale en famille. Subst., fam. Le sale : endroit où l'on met le linge à laver. Mets ton pull au sale.
(Personnes) Mal tenu, qui se lave insuffisamment. Il, elle est sale comme un cochon, un porc, sale comme un peigne, très sale. Il a l'air sale, il fait sale. « Je suis sale. Les poux me rongent. Les pourceaux, quand ils me regardent, vomissent » (Lautréamont). « Tu es sale comme un cochon ! [...] Il a raison, tu pues, tu cognes [...] tu es cradeau, tu es cracra » (Sartre). Servante sale. souillon. Par ext. Qui salit ce qu'il touche, qui fait salement un travail (cf. Cochonner, saloper). Il est négligent et sale dans son travail.
Se dit d'une bombe atomique dont les retombées radioactives sont importantes, d'une guerre très meurtrière (opposé à propre).
2Qui, sans être souillé, n'est pas net. douteux. Blanc, gris, vert sale.
B(Abstrait)
1Vx Qui est impur, souillé. « Une sale et odieuse entreprise » (La Bruyère). Mod. Argent sale, qui provient d'une activité condamnée par la loi, et notamment du trafic de la drogue. Blanchir de l'argent sale.
Fam. Histoires sales. cochon, grivois, licencieux, obscène.
2Cour. (avant le nom) Très désagréable. Une sale affaire, une sale histoire. fâcheux, mauvais, méchant, vilain . Il a une sale maladie, grave. Faire le sale boulot. Fam. Un sale coup pour la fanfare.
Laid. Cette sale petite écriture. Il fait une sale gueule : il a l'air ennuyé. — Il a une sale gueule, un visage antipathique, désagréable; il a mauvaise mine, il a l'air malade.
(Choses concrètes) Mauvais (t. dépréciatif). Cette sale bagnole est encore en panne ! Quel sale temps !
Fam. (au négatif) C'était pas sale ! c'était beau, réussi, bon (cf. C'était pas cochon).
3(Qualifiant des personnes que l'on condamne, que l'on méprise). damné, maudit. Un sale type. salaud, saligaud. « Qu'avait pu devenir ce sale gosse d'Armand ? » (Aragon). C'est une sale bête. T. d'injure Sale con !
⊗ CONTR. 1. Blanc, 2. net, propre. ⊗ HOM. Salle.

sale adjectif (francique salo) Qui est couvert de taches, de matières étrangères, qui est mal entretenu : Donner du linge sale au blanchisseur. Avoir les mains sales. Qui néglige les soins de propreté élémentaire. Se dit d'une couleur, d'une teinte qui n'est pas nette, franche : Une façade de maison d'un blanc sale. Qui manque de soin dans ce qu'il fait : Il est sale dans son travail. Qui est susceptible de salir celui qui s'en occupe : Faire un travail sale. Qui est considéré comme impur, dégoûtant, ou qui offense la pudeur par son caractère obscène : Raconter des histoires sales. Familier. Qui est méchant, nuisible, désagréable : Un sale type. Un sale temps. Familier. Qui est très fâcheux, méchant, vilain : Jouer un sale tour à quelqu'un.sale (difficultés) adjectif (francique salo) Construction et registre Place de sale. Placé après le nom, sale signifie « malpropre » et s'emploie dans tous les registres : un type sale, un chien sale, une rue sale. Placé avant le nom, sale est familier et signifie « très désagréable, détestable » ou « méprisable » : un sale chien (hargneux, méchant), une sale rue (mal fréquentée, dangereuse), un sale type (antipathique, malhonnête). ● sale (expressions) adjectif (francique salo) Populaire. Sale tête, sale gueule, figure laide, antipathique ; mauvaise mine, traits fatigués ; mine, expression de quelqu'un qui est très ennuyé, très contrarié. ● sale (homonymes) adjectif (francique salo) sale forme conjuguée du verbe saler salent forme conjuguée du verbe saler sales forme conjuguée du verbe saler salle nom fémininsale (synonymes) adjectif (francique salo) Qui est couvert de taches, de matières étrangères, qui est...
Synonymes :
- encrassé
- maculé
- pollué
- taché
Contraires :
- nettoyé
Qui néglige les soins de propreté élémentaire.
Synonymes :
- barbouillé
- crotté
- dégoûtant
Contraires :
- net
- raffiné
- soigné
Se dit d'une couleur, d'une teinte qui n'est pas nette...
Contraires :
- éclatant
- immaculé
- pur
Qui manque de soin dans ce qu'il fait
Synonymes :
Contraires :
Qui est considéré comme impur, dégoÛtant, ou qui offense la...
Synonymes :
- cochon (familier)
- dégoûtant
- obscène
Contraires :
- décent
- édifiant
Familier. Qui est méchant, nuisible, désagréable
Synonymes :
- infâme
- méprisable
Contraires :
- agréable
- bon
Familier. Qui est très fâcheux, méchant, vilain
Synonymes :
- méchant
sale nom masculin Au sale, là où l'on met les affaires, le linge à laver : Mettre sa chemise au sale.sale (expressions) nom masculin Au sale, là où l'on met les affaires, le linge à laver : Mettre sa chemise au sale.sale (homonymes) nom masculin sal nom masculin sale forme conjuguée du verbe saler salent forme conjuguée du verbe saler sales forme conjuguée du verbe saler salle nom féminin

sale
adj.
d1./d Qui est malpropre, dont la pureté est visiblement altérée par une substance étrangère. De l'eau sale.
|| Une couleur sale, peu franche, ternie.
|| (Personnes) Mal lavé, crasseux.
d2./d Qui peut avoir des conséquences fâcheuses; mauvais, désagréable ou dangereux. Une sale affaire. Faire un sale travail.
Sale temps: mauvais temps.
|| Fam. Faire une sale tête: avoir l'air contrarié.
d3./d Fam. (Avant le nom.) (Personnes) Méprisable, détestable. Un sale type.

⇒, adj.
A. — [Gén. après le subst., ou en fonction d'attribut]
1. [En parlant de qqc.]
a) Qui a perdu sa netteté, sa pureté sous l'effet d'une matière étrangère qui souille, tache et donne à la chose altérée un aspect déplaisant ou dégoûtant. Synon. crasseux, dégoûtant, encrassé, maculé, malpropre, taché; (pop.) crado (s.v. -o), dégueulasse; salingue; anton. propre. J'ai été deux fois déjà aux écoles de natation. (...) une eau sale, des moutards ridicules ou des vieillards stupides qui y clapotent (FLAUB., Corresp., 1842, p. 109):
1. ... [la chambre d'Antelme] n'est pas beaucoup plus grande que la sienne, à Fenouille, et parfaitement inoffensive, banale même. Sale seulement. Et encore la crasse de tant d'années n'y excite-t-elle plus le dégoût. Elle a ce caractère de nécessité, cette vigueur vivante des lèpres végétales.
BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1418.
Sale de + subst. (désignant ce qui salit). [Simon] se relevait, en nettoyant machinalement avec sa main sa petite blouse toute sale de poussière (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Papa de Simon, 1879, p. 16).
Loc. fig. Laver son linge sale en famille.
MAR. Vaisseau sale. Vaisseau dont l'extérieur de la carène est couverte de coquillages, de goémon (d'apr. WILL. 1831). Côte sale. Côte dangereuse, bordée de roches, d'écueils cachés sous la mer. (Dict. XIXe et XXe s.).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Synon. de saleté. Ne t'inquiète pas, dit Berthe, je lui mettrai [à un cochon] une grosse chaîne au cou, et je l'empêcherai bien de marcher dans le sale (RENARD, Œil clair, 1910, p. 136).
En partic., surtout dans la loc. verb. mettre au sale. Ensemble de linges ou d'effets devant être prochainement lavés ou nettoyés. Mme Lagave (...) entrait dans la chambre de Bob, où il semblait qu'un cyclone eût sévi, constatait, amère, qu'il avait mis encore une chemise au sale (MAURIAC, Destins, 1928, p. 39).
SYNT. Assiette, bouteille, couvert, vaisselle, verre sale; escalier, logement, meuble, vitre sale; rue, ville sale; bas, chaussette(s), chaussure(s), col, habit, drap, mouchoir, serviette, tablier, torchon, vêtement sale(s); brosse, peigne sale.
b) Qui manque de netteté, d'éclat; qui est terne. Aube, ciel sale; cheveux d'un blanc, d'un gris sale. Le jour enfin se leva, ce petit jour sale des nuits d'hiver, si mélancolique sur le pavé boueux de Paris (ZOLA, Nana, 1880, p. 1281). Il y avait une pauvre lampe (...) un cercle de carton réduisait sa lumière à une tache (...) une lueur jaune, sale, triste de la suie et de la crasse accumulée depuis des années (VIALAR, Bal sauv., 1946, p. 19).
PEINT. [En parlant d'un tableau, des couleurs d'un tableau] Dont les teintes sont confuses, brouillées. [P. méton.] Une rue pleine de bâtisses misérables et rustiques, (...) une rue à la façon de ces rues de banlieue que peint Hervier, de son pinceau sale (GONCOURT, Journal, 1862, p. 1029).
2. [En parlant de qqn] Qui se lave insuffisamment ou mal; qui manque de propreté corporelle et/ou vestimentaire. Synon. crasseux, dégoûtant. Sale comme un cochon, un peigne, un porc; sale des pieds à la tête; sale à faire peur. Oh! je ne lui ai rien caché dit orgueilleusement Saint Victor nous lui avons dit qu'elle était sale sur elle et tout (GONCOURT, Journal, 1862, p. 1004). Sénac a déjà sous les yeux des poches mauves et translucides. Il est sale avec lyrisme. Il a l'air de suer la crasse, de la produire, de la sécréter, exactement, de la faire sourdre des profondeurs de son être (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p. 238).
Sale de + subst. (désignant ce qui souille, qui salit). La femme n'ose pas partir avec le Tony et elle reste là, chez nous, assise près de la fontaine, toute seule, toute sale de larmes (GIONO, Regain, 1930, p. 70).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Je l'aimais bien, c'était tout. D'abord, il était d'un sale! Vous aimez beaucoup ça, vous, les gens qui ne se lavent jamais? (PROUST, Sodome, 1922, p. 939).
[En parlant d'une partie du corps] Cheveux, cou, dents, doigts, ongles, oreilles, pieds, tête sale(s). Mme Caroline resta surprise devant ce gros homme mal rasé, à la figure plate et sale, vêtu d'une belle redingote graisseuse et cravaté de blanc (ZOLA, Argent, 1891, p. 152):
2. ... des manches de sa camisole rouge [d'une vieille femme] dépassaient deux longues mains (...). La poussière des granges, la potasse des lessives et le suint des laines les avaient si bien encroûtées, éraillées, durcies, qu'elles semblaient sales quoiqu'elles fussent rincées d'eau claire...
FLAUB., Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 172.
Loc. verb. fig., fam. Avoir le nez sale. Être ivre. Synon. avoir le nez dur.
Sale de + subst. (désignant ce qui souille, qui salit). Madeleine est assise sur le lit, les yeux fermés. Elle a vomi tout le long d'elle. Sa chemise est toute tachée, son sein est sale de tisane (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 222).
3. P. ext.
a) [En parlant d'une chose] Qui souille, qui tache; qui donne un aspect malpropre, manquant de netteté. C'était le tableau le plus complet de la misère, mais non une misère sale et repoussante, car le peu de meubles qui garnissaient cette chambre nue étaient propres et cirés, les carreaux nets et transparents (SUE, Atar-Gull, 1831, p. 34).
En partic., PHYS. NUCL. [En parlant d'une bombe atomique] Qui provoque d'importantes retombées radioactives. Anton. propre. À puissance égale, une bombe faisant appel à des processus de fusion peut être moins sale qu'une simple bombe atomique (Le Monde, 5 janv. 1968 ds GILB. 1971).
b) [En parlant d'une pers.] Qui travaille salement, qui manque de soin. Être sale dans son travail. (Dict. XIXe et XXe s.).
Empl. subst. Ah! la sale! elle a encore apporté mon Lamartine dans la cuisine! (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 28).
B. — [Placé avant ou après le subst. qu'il qualifie]
1. Vieilli. Qui est impur, souillé moralement. Âmes sales. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. a) Qui est contraire à l'honneur, à la bienséance. Mener une vie sale. Je crois qu'il avait dû faire une chose sale et qu'il avait changé d'air pour quelque temps (GIONO, Baumugnes, 1929, p. 14).
b) Qui corrompt. L'argent est une chose sale et ne peut se réhabiliter que par la quantité (GONCOURT, Journal, 1890, p. 1104).
3. [Avec une forte connotation sexuelle]
a) [En parlant d'un inanimé] Qui blesse la pudeur par son caractère obscène, ordurier. Chanson, conte, histoire, paroles, presse, roman sale(s); dire des choses sales. Toujours les termes les plus crus, les plus grossiers, les plus abjects (...). Qu'ils racontent une anecdote, qu'ils rendent compte de ce qu'ils ont éprouvé, toujours le mot sale et physique (...). Ils ne disent pas: cette femme m'a aimé; ils disent: j'ai eu cette femme; ils ne disent pas: j'aime; ils disent: j'ai envie (MUSSET, Confess. enf. s., 1836, p. 318).
Fam. Sale maladie. Maladie sexuelle. Quand il a fallu aller repêcher le garçon des Roumanières qui s'était jeté dans le puits parce qu'il avait attrapé une sale maladie, c'est lui qui est descendu au bout de la corde (GIONO, Baumugnes, 1929, p. 82).
b) [En parlant d'une pers.] Dont le comportement, les propos sont habituellement orduriers, obscènes. Vous croyez que j'ai été sale à plaisir; eh bien! non, j'ai voulu simplement (...) condamner ce vice! (ZOLA, Corresp., t. 2, 1882, p. 578). Souvent, les reproches de Stopwell étaient une manière de taquineries anglaises. Mais Petitcopain (...) ne comprenait pas. Il se croyait sale, vicieux et idiot (COCTEAU, Gd écart, 1923, p. 21).
C. — [Avant le subst.]
1. [En parlant d'une chose]
a) Qui a des conséquences fâcheuses, très désagréables; qui entache la réputation de quelqu'un. Synon. mauvais, méchant. Sale affaire, aventure; jouer un sale tour à qqn. « ... je sais qu'il a eu de sales histoires et que la police l'a à l'œil ». (...) « il paraît qu'il a fait de la prison... » (PROUST, Prisonn., 1922, p. 280).
Sale coup pour la fanfare (fam.).
b) Laid, mauvais. Sale écriture; sale habitude. Il y avait près de la barrière un sale bastringue appelé le bal Jansoulet avec un petit garni au-dessus et des chambres à cinq sous l'heure où l'on passait entre deux contredanses (A. DAUDET, Nabab, 1877, p. 30).
c) [En parlant de quelque chose qui procure des désagréments, que l'on rejette, que l'on maudit] Mauvais, détestable. Sale bagnole, boîte, guerre, pluie, raffiot, temps. La Société n'est-elle pas l'infini tissu de toutes ces petitesses, de ces finasseries, de ces hypocrisies, de ces misères? L'humanité pullule ainsi sur le globe, comme une sale poignée de morpions sur une vaste motte. Jolie comparaison. Je la dédie à Messieurs de l'Académie française (FLAUB., Corresp., 1853, p. 250).
Intensif. [La nourrice] boit vraiment d'une sale façon, comme il n'est pas permis à une femme de boire (ZOLA, Fécondité, 1899, p. 303).
Par litote, pop. C'est pas sale! C'est beau, c'est bien! Synon. c'est pas dégueulasse. Le muscadet se fait rare, c'est la vieille qui siffle tout. — C'est qu'il n'est pas sale, dit la veuve Mouaque (QUENEAU, Zazie, 1959, p. 236).
2. [En parlant d'une pers.] Qui est digne de mépris; dont la conduite, les actes sont condamnables. Sale bourgeois, cochon, mec, ouvrier, type; sale vache; sale rosse; quelle sale bête. Les amoureux, tenez! J'ai horreur de ça! Quand ils passent devant moi, je crache dessus. Dans leur dos, bien entendu, parce qu'il y en a de rancuniers! Et les enfants, cette sale engeance! (CAMUS, État de siège, 1948, 2e part., p. 237):
3. Mais que vais-je faire au sortir du collège? Aller à Paris tout seul, faire du droit, perdu avec des crocheteurs et des filles de joie; et tu m'offriras sans doute, pour me divertir, un café aux Colonnades dorées ou quelque sale putain de la Chaumière. Merci! Le vice m'ennuie tout autant que la vertu.
FLAUB., Corresp., 1839, p. 61.
[En partic.] Synon. mauvais. Sale genre; (avoir un) sale caractère. Tout le monde, m'a-t-il dit, me trouve un sale caractère, mais on me juge intelligent. Ce n'est pas vrai, je suis bête (...). Moi seul, je suis assez intelligent pour comprendre combien je suis bête (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 31).
Avoir une sale gueule, une sale figure, une sale tête (pop., fam.). Ne pas inspirer confiance, être antipathique. Lepic (...) a ce qu'on appelle une sale tête; pommettes saillantes; énorme moustache; nez pointu; on n'est pas étonné d'apprendre qu'il a déjà été condamné sept fois pour vol (GIDE, Souv. Cour. ass., 1913, p. 656). Avoir l'air malade. (Dict. XXe s.).
Faire une sale gueule (pop.). Ne pas avoir l'air satisfait. Nous avions sûrement l'occasion d'une reconnaissance nationale!... Cependant toutes ces perspectives ne grisaient guère la grosse mignonne!... Elle faisait même plutôt une sale gueule! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 526).
Sale gosse. Enfant insupportable, mal élevé, qui gêne, dérange. Mon compagnon n'est plus un « sale gosse » avec lequel il est insoutenable de penser qu'on puisse rivaliser en quoi que ce soit. Le voici l'homme, l'égal, enfin l'adversaire (MONTHERL., Olymp., 1924, p. 266).
♦ [Terme d'injure; sale renforçant l'injure raciste] Sale bicot, métèque, raton. Je tombe sur Bing, ce sale et bas Juif (...) qui s'accroche à moi, me force à lui donner la main (GONCOURT, Journal, 1896, p. 966).
Prononc. et Orth.:[sal]. Homon. et homogr.: sale, salent (de saler), salle. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1176-81 « qui a perdu sa netteté » (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier Lion, éd. M. Roques, 5197); b) ) ca 1210 « mal tenu, qui se lave insuffisamment (d'une personne) » (Dolopathos, 212 ds T.-L.); ) 1874 p. ext. « qui salit ce qu'il touche, qui fait malproprement un travail » (GONCOURT, Journal, p. 1018); c) 1968 « qui provoque d'importantes retombées radioactives (d'une bombe atomique) » (Le Monde, loc. cit.); 2. 1611 gris sale (COTGR.; déjà sale « gris, d'une teinte équivoque » apr. 1480, Rec. Trepperel, Les Sotties, éd. E. Droz, XI, 161, p. 250). B. 1. mil. du XIIIe s. pensee sale (Contes dévots, I, 335 ds T.-L.); 2. 1690 âme sale (LA BRUYÈRE, Caractères ds Œuvres, éd. G. Servois, t. 1, p. 264). C. 1. a) 1585 « digne de mépris » (N. DU FAIL, Contes et discours d'Eutrapel ds Œuvres facétieuses, éd. J. Assézat, t. 2, p. 349: que ceux qui estoient vilains et salles, soient nettoyez et purgez de tous vices); b) 1888 sale gueule (COURTELINE, Train 8 h 47, p. 174); 2. a) 1847 sale affaire (BALZAC, Cous. Pons, p. 316); b) sale temps ) 1858 au fig. (GONCOURT, op. cit., p. 459); ) 1877 au propre (ZOLA, Assommoir, p. 652). Du frq. salo « trouble, terne, sale »; cf. a. h. all. salo, m. h. all. sal « id. » (v. FEW t. 17, pp. 14b-15a). Fréq. abs. littér.:3 210. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1 928, b) 4 064; XXe s.: a) 7 541, b) 5 292.
DÉR. Salingue, adj. et subst., pop. a) Adj. [En parlant de qqc.] ) Qui est sale, dégoûtant au physique ou au moral. Blouse, chemise salingue. Le chômage, ça vous rend amer, on se met à causer en tordant la gueule avec les mots les plus salingues (AYMÉ, Mouche, 1957, p. 120). ) Par litote. (C'est) pas salingue. (C'est) bien, bon; de bonne qualité. Du cave (...) surtout préoccupé de la jaffe qui méritait bien qu'on s'y attarde, et du pichet sélectionné, pas salingue lui aussi (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 211). b) Adj. et subst. (Personne) sale physiquement ou de moralité douteuse. Il en avait assez vu, à la Sorbonne, de ces faux malins, des normaliens salingues et à lunettes, qui avaient toujours une théorie personnelle en réserve (SARTRE, Âge de raison, 1945, p. 143). []. 1re attest. 1925 adj. et subst. « sale (au physique et au moral) » (d'apr. ESN. 1966); de sale, suff. pop. -ingue, sur le modèle de mots tels que lourdingue, sourdingue, etc.
BBG. — ESNAULT (G.). Lois de l'Arg. R. de Philol. fr. 1929, t. 41, p. 124.

sale [sal] adj.
ÉTYM. V. 1160; francique salo.
A (Concret).
1 Dont la netteté, la pureté est altérée par une matière étrangère, au point d'inspirer la répugnance, ou de ne pouvoir être utilisé de nouveau sans être nettoyé. Malpropre, souillé; boueux, breneux, crasseux, crotté, graisseux, pisseux, poisseux, terreux…; dégoûtant, immonde, infâme, infect, ord (vx); fam. (plus fort) dégueulasse, cracra, crado, craspect, salingue… || Chose très sale. Horreur, saleté. || Avoir les mains sales (→ Laver, cit. 14; et aussi salir, cit. 3, Sartre). || Ongles sales, en deuil (fam.). Noir. || Barbe longue et sale (→ Have, cit. 3). || Cheveux sales. — ☑ Loc. fig. (Vieilli). Avoir le nez sale : être ivre.Chemise sale (→ Propre, cit. 25). — ☑ Loc. métaphorique. Laver (cit. 4) son linge sale en famille. || Linge d'un blanc sale. Douteux. || Meubles sales. Poussiéreux.Eau sale (→ Croupir, cit. 4). || Ruisseau sale (→ Dormir, cit. 31).Logement pauvre, sale. Sordide (cf. Chenil, cloaque, écurie [fig.]); et aussi crasse, fumier, porcherie, pouillerie, vermine. || Rue, ville sale, très sale.
1 (…) malgré l'atmosphère parfumée qui la suit, j'éloigne mes pas, je détourne mes regards de cette courtisane dont la coiffure à points d'Angleterre, et les manchettes déchirées, les bas de soie sales et la chaussure usée, me montrent la misère du jour associée à l'opulence de la veille.
Diderot, Regrets sur ma vieille robe de chambre.
2 La nature pèse si lourdement sur New York que la plus moderne des villes est aussi la plus sale. De ma fenêtre, je vois le vent jouer avec des papiers épais, boueux, qui voltigent sur le pavé. Quand je sors, je marche dans une neige noirâtre, sorte de croûte boursouflée de la même teinte que le trottoir (…)
Sartre, Situations III, p. 119.
(1580; personnes). Mal tenu, qui se lave insuffisamment (→ Crasse, cit. 5; retroussis, cit. 4).Il, elle est sale comme un cochon, un goret, un porc, sale comme un peigne. || Sale à faire peur (→ Il n'est pas à prendre avec des pincettes). Pouacre. — ☑ Vx. Sale comme une huppe (cit. 1).Gamin sale et dépenaillé (→ Pied, cit. 53), et morveux… Sagouin. || Servante sale. Souillon, torchon.
3 À côté du pupitre, à portée de la main, les crayons, la sanguine, la craie, la gomme élastique employés par la princesse, tous objets qu'elle n'aime pas qu'on touche, disant que les autres sont des sales.
Ed. et J. de Goncourt, Journal, 14 nov. 1874, t. V, p. 122.
4 Je suis sale. Les poux me rongent. Les pourceaux, quand ils me regardent, vomissent.
Lautréamont, les Chants de Maldoror, IV (cf. tout le passage).
5 J'en viens à toi, Moûlu. Tu es un nid à poux, ça ne peut pas durer (…) tu es sale comme un cochon ! Moûlu lui jette un regard venimeux (…) mais déjà tous les autres se sont mis à rire et à crier : Il a raison, tu pues, tu cognes (…) tu es cradeau, tu es cracra (…)
Sartre, la Mort dans l'âme, p. 255.
Par ext. Qui salit ce qu'il touche, qui fait salement un travail. || Il est négligent et sale dans son travail.N. || Le sale, un sale, personne qui est sale ou qui salit.
(1968). Se dit d'une bombe atomique dont les retombées radioactives sont notables (opposé à propre). || « Les charges des bombes actuelles sont dix mille fois moins “sales” que ne furent les mégabombes de 1952 à 1962 » (Science et Vie, sept. 1973).
2 (Fin XVe). Qui, sans être souillé, n'est pas net. || Blanc, gris, vert sale. Terne, terni (→ Poudrer, cit. 3). || Mur sale et galeux. || Le désordre donne un air sale à cette pièce. Désordonné.Peint. || Pinceau sale, couleur sale.
B (Abstrait).
1 Vx. Qui est impur, souillé. || Âmes (cit. 72) sales.Vx. Contraire à l'honneur, à la délicatesse; odieux, répugnant. Dégoûtant (2.), laid (2.).
6 C'est un noir attentat, c'est une sale et odieuse entreprise, que celle que le succès ne saurait justifier.
La Bruyère, les Caractères, XII, 113 (1696).
(XIIIe). Spécialt. Impudique, impur, obscène, ordurier (→ Grivois, cit. 4).Littér. (Av. le nom). || Obscène et sale maintien (→ Concupiscence, cit. 4). || Sales maladies (fam.), honteuses (→ Pincette, cit. 2).Cour. (Après le nom). || Le mot cru (2. Cru, cit. 8) et le mot sale. || Des histoires sales. Cochon.
7 On ne pousse, avec lui, que d'honnêtes soupirs,
Et l'on ne penche point vers les sales désirs.
Molière, les Femmes savantes, IV, 2.
2 Cour. (Av. le nom). a Très désagréable.Une sale affaire, une sale histoire : une affaire fâcheuse. Mauvais (II., 2.), méchant, vilain. — ☑ Fam. Un sale coup pour la fanfare.
b Laid. || Cette sale petite écriture (cit. 12). || Cette sale habitude… (→ Gnôle, cit. 1). — ☑ (1903). Avoir une sale gueule. Antipathique, désagréable. || Il a une sale gueule (se dit aussi pour « il a l'air malade »).
c (Choses concrètes). Mauvais (terme dépréciatif). || Un sale rafiot (cit. 1). || Cette sale bagnole est encore en panne !Un sale temps (→ 2. Froid, cit. 8). || Quel sale bled !
d Fam. (En tournure négative). C'était pas sale ! : c'était beau, réussi, bon (cf. C'était pas cochon, pas dégueulasse). || T'as vu sa meule, elle est pas sale !
3 (1870; qualifiant des personnes que l'on condamne, que l'on méprise). Damné, maudit. || « Ces sales ouvriers… » (→ Ça, cit. 5). || Un sale type (→ Infect, cit. 7), un sale bonhomme, un sale individu. || Sale gosse (cit. 3).C'est une sale bête (→ Fichue, foutue bête).(T. d'injure). || Sale petite frappe (cit. 2). || Sale femme ! (→ Gifler, cit. 6). Salaud, saligaud, salope; ordure. || Ce sont de sales cons !
8 Tu es un gros égoïste… un gros pataud… tu ne sais rien faire pour moi… tu es un sale type, tiens ! …
O. Mirbeau, Journal d'une femme de chambre, p. 380.
REM. Emploi fréquent devant les injures racistes (sale juif, sale nègre, bicot, raton…), dont il renforce l'ignominie.
CONTR. Blanc, net, propre.
DÉR. Salaud, salement, saleté, salingue, salir, 1. salope.
HOM. Salle.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Salé — سلا Héraldique …   Wikipédia en Français

  • sale — n 1 a: the transfer of title to property from one party to another for a price; also: the contract of such a transaction see also short 1 2 compare barter, donation …   Law dictionary

  • SALE — (Heb. מְכִירָה, mekhirah). Sale may be defined as the permanent transfer for consideration of existing legal rights from one person to another. The consideration may be in money or in kind. By extension the term sale is also used to denote a… …   Encyclopedia of Judaism

  • Sale — may refer to:*Sale, discounts and allowances in the prices of goods, such as: **Fire sale, a drastic discount in prices **Loan sale, a sale under contract of all or part of the cash stream from a specific loan **Closeout, the final sale of an… …   Wikipedia

  • sale — W1S2 [seıl] n [Date: 1000 1100; : Old Norse; Origin: sala] 1.) [U and C] when you sell something sale of ▪ The use and sale of marijuana remains illegal. ▪ Harvey gets a $50 commission every time he makes a sale (=sells something as part of his… …   Dictionary of contemporary English

  • sale — [ seıl ] noun *** 1. ) count or uncount the process of selling goods or services for money: sale of: a prohibition on the sale of arms a ) count a single instance of selling goods or services: make/lose a sale: I m willing to lower the price in… …   Usage of the words and phrases in modern English

  • salé — salé, ée (sa lé, lée) part. passé de saler. 1°   Assaisonné avec du sel. Manger salé. •   Depuis que vous êtes hors d ici, je n ai point trouvé de viande qui ne fût trop salée, ni d homme qui ne le fût trop peu, VOIT. Lett. 145.    Familièrement …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Sale — ist der Name folgender Orte: Sale (Greater Manchester), Stadt in England Sale (Victoria), Stadt in Australien Salé, Stadt in Marokko Sale (Piemont), Gemeinde in Italien in der Provinz Alessandria Sale Marasino, Gemeinde in Italien in der Provinz… …   Deutsch Wikipedia

  • sale — SALE. adj. de tout genre. Qui est mal propre, qui n est pas net, qui est plein d ordure. Il se dit des personnes & des choses. Il est tousjours crasseux & sale. avoir les mains sales. linge sale. chemise sale. une chambre sale. les ruës sont… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Sale — Sale, n. [Icel. sala, sal, akin to E. sell. See {Sell}, v. t.] 1. The act of selling; the transfer of property, or a contract to transfer the ownership of property, from one person to another for a valuable consideration, or for a price in money …   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.